3-Nuit, Poésie

Hôtel Terminus


http://www.sparksineyes.com/hotel-terminus/
Share

hotel

Cet hôtel est vide,

situé en contrebas de tréfonds

qui ne mènent nulle part, sinon vers le médiocre,

où le froid ocre palpe avidement les murs d’écailles de ses mains grasses,

où rien ne bouge ni ne s’élance, sinon la poussière épaisse et suave

contre notre gorge,

tout crie à rebours, tout est bruit et désir sauvage.

Nous parlons ici d’une cage de membranes en déshérence.

Nul n’y pénètre

sans risque ; des restes de soupirs, de contraintes, il n’y a que ça,

il n’y aura que ça ; ce non-lieu broie les crânes, les éclate en morceaux

denses et abjects sur les parois,

avant qu’ils ne glissent langoureusement

sur un sol quelconque.

Pourtant, c’est toujours l’époque des grands soleils, lacérant l’océan

par de larges traits écarlates, de ceux qui ravivent

les crépis dégueulasses

en écartelant leur chair molle,

pâle et pointue.

C’est l’époque de feu, c’est l’époque fondue.

Mâts et drapeaux se plantent dans cette cave céphalique, en son milieu.

Ils en arrachent les pitoyables apparats.

Mâts et drapeaux s’inscrivent dans l’éther.

Ils éclatent les fibres nerveuses qui s’étiolent en des toiles superposées,

en des toiles de jute qui porteront la corde à nos envies,

dont les lèvres écaillées se dessècheront en fruités lambeaux.

L’hôtel rouge à l’heure des insomnies.

Au lieu que la vie ne cesse de souffler sur les parois pentues et fragiles,

elle explose en grosses ecchymoses, hurle à mille temps et s’extrait

d’un geste des environs communs pour retrouver,

haletante, le silo en hémisphère.

Encore de la compassion, encore de la profanation.

Pourfendues en leurs entrailles,

le personne dévore leurs enfants de paille,

de faille.

Cet hôtel est vaste, et j’en caresse les murs

de ma paume, recouverte d’échardes ardentes.

Fractions et fragments de vie se collent entre les peaux

des os décollés, alors qu’un temps radieux inonde

de couleurs

et de lumières le décor.

 illsutration sparks 003

Texte: Pierre-William Fregonese

Illustrations: Pauline Brami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>