Non classé, Poésie

Les parcs cintrés


http://www.sparksineyes.com/les-parcs-cintres/
Share

Et les infinis s’embrassent

avant que l’on ne s’efface

dans la moiteur d’avant soir.

 

Et les infinis s’enlacent

après la ronde fugace

des langueurs dans l’entonnoir.

 

Et les infinis s’amassent

bien vite, bien tard, hélas,

pour se perdre dans le noir.

 

Alors clameurs et regards

retournent dans les ciels jaguar,

derniers jalons ; et tu passes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>