Welcome to fabulous Las Vegas – Ville-néon fantasmagorique

http://www.sparksineyes.com/welcome-to-fabulous-las-vegas-ville-neon-fanstasmagorique/
Share

4006-3

La capitale du néon est sans nul doute, Las Vegas, une véritable cité du vice, perdue au milieu des montagnes arides et hostiles du désert Mohave dans le Nevada, traversée par un immense ruban de lumières tapageuses : le Strip. Ce gigantesque parc d’attraction pour adultes flamboyant comme un feu de cheminée en plein hiver, comme un diamant scintillant enclavé dans la roche, attire le regard du voyageur endormi contre le hublot de l’avion qui se pose.

Credits : Ville Miettinen
Credits : Ville Miettinen

La curiosité de découvrir la ville la plus folle et la plus fantaisiste du monde l’emporte immédiatement sur la fatigue du vol. Le voyageur se presse de sortir, dans la chaleur moite du désert, et de découvrir un aéroport déjà envahi par les clinquantes machines à sous, prêtes à transformer l’ennui ambiant de ceux qui patientent avant le départ en un dernier sursaut d’excitation.

Nul besoin, pour notre voyageur, de faire l’usage d’une carte ou d’un GPS pour trouver le chemin du Strip, dont les lumières sont si vives qu’il y ferait presque jour en pleine nuit. Impossible, ici, de ne pas s’émerveiller devant ce que la folie humaine a pu construire de plus loufoque et plus démesuré.

Un château écossais enchanté fait face à une reproduction pas si miniature que cela de l’Empire State Building, entouré d’un grand huit vertigineux, de la pyramide de Gizeh, du Sphinx de Louxor, de la Victoire de Samothrace ou encore de la tour Eiffel.

Et partout des néons, rouges, jaunes, blancs, roses ou violets, invitent à entrer, à jouer, à regarder.

The Strip Neon Lights
The Strip Neon Lights

Notre voyageur ne sait plus où aller, plongé dans un infini tourbillon où seul le plaisir semble compter, les yeux grands ouverts comme ceux d’un enfant dans un magasin de jouets. Toutes les enseignes lumineuses l’appellent, il va de folie en émerveillement, il sent que la nuit va être infinie et qu’on ne lui a pas menti, Vegas est bien celle qui dort le jour. Où ira-t-il ce soir ? Suivra-t-il l’un de ces bus-limos vitré et tapissé de néons roses dans lequel se dénudent des filles qui invitent à les suivre ? Se retrouvera-t-il, au petit matin, dans le lit d’une inconnue, la bague au doigt après un passage déjà oublié dans l’une des wedding chapels miteuse alignées le long des avenues secondaires de la ville, où se pressent en riant les foules alcoolisées et les badauds désargentés ? Ira-t-il s’asseoir à la roulette et regarder, avec un sentiment teinté de peine et d’incrédulité, un désespéré miser sans s’arrêter tous ses jetons de 100 $ sur son numéro préféré, sans jamais voir la petite bille blanche s’y arrêter ? Osera-t-il plonger dans la piscine du Golden Nugget, casino le plus mythique de Las Vegas, dont l’eau turquoise caresse de ses vaguelettes un aquarium – traversé par un toboggan transparent – dans lequel nagent nonchalamment quelques requins loin d’être désintéressés ?

Caesars Palace Casino
Caesars Palace Casino

Deux nuits durant, il testera ses limites, il sera tiraillé, par la joie, la surprise l’adrénaline, l’admiration, l’excitation, le sentiment d’un retour en enfance régressif, mais aussi par le dégoût, la peine, le vide, l’absurde, la futilité, la superficialité. Il ne saura où se placer sur cet échiquier et observera comment, en lui, ces sentiments se retrouvent mêlés. A Las Vegas, il découvrira que les lendemains déchantent, lorsque le jour se lève sur les montagnes du désert, que les néons s’éteignent un à un, comme on enlève une robe pailletée, laissant voir des bâtiments aussi cernés et fatigués que tous ceux qui ont passé la nuit à y jouer, boire et danser.

Il regardera, gêné et peiné, les ruinés zoner entre les vestiges de leurs rêves de richesse envolés et s’inquiétera pour ceux qui, hébétés, toute la nuit sont restés rivés sur leurs machines illuminées.

Non, Vegas ne connaît pas la nuit - Caesars Palace
Non, Vegas ne connaît pas la nuit – Caesars Palace

Puis il quittera pour de bon cette enclave de folie démesurée, reposera sa tête contre le hublot de l’avion qui décolle dans le désert et fermera ses yeux, brûlés par la lumière si vive du tourbillon de néons.

041713-VegasNAB-06
Scintillante la nuit…

 

041713-VegasNABTL-22
Aride le jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *